Adresse
/
Téléphone
BENESSE MAREMNE 40
LA COMPLAINTE DU DEBUTANT
 
  Comme vous le savez, je me suis mise à la danse country. Dire que c'est une bonne idée... Bof !
Il est vrai que quand on est dyslexique des pieds, c'est vraiment LE truc à éviter.
Comment voulez-vous faire des pas de côté quand vous avez déjà du mal à mettre un pied devant l'autre.
  Mais, bon, à l'impossible nul n'est tenu : alors voilà, pourquoi pas ?
Le Monsieur m'a dit qu'il suffisait de lire les fiches et de faire ce qui était marqué dessus.
Alors, j'ai imprimé la fiche et j'ai fait comme on m'a dit. Enfin, j'ai voulu faire comme on m'a dit.
  Bon, la fiche... ah, la voilà ! Alors... Hein, késako ?
Alors soit le Monsieur a fait toute sa carrière dans les services secrets et c'est codé, soit il avait peur de ne pas avoir assez d'encre dans son imprimante et il a mis en abrégé. Ou alors, il avait un forfait voyelles... En fait, ce n'est ni l'un, ni l'autre, ce sont les deux ! Et en plus, c'est plein d'onomatopées : kick, hook, touch, stomp, scuf, dzoing dzoing... ah ! non, ça c'est dans la musique.
Ha, ouf, un petit glossaire : alors...Aïe, zut, ya pas tout dans le glossaire : clap, ça veut dire quoi ? On file une claque à celui qui est devant ? Et PdC ? Ah, poids du corps... Ben, 59 kg (et pourquoi pas taille et pointure aussi...).
Et en plus, c'est tout en anglais. Faut être bilingue ! Attend, je dois avoir mon vieux dico d'anglais.
Bon, avec tout ça, je devrais pouvoir passer de la théorie à la pratique.
  Au début,  c'est facile, enfin presque. Mais ça se complique très vite : parce que là, si je continue comme ça, je n'ai plus aucun pied qui touche par terre... Oups, j'ai sauté une ligne. A, là, ya un loup...Flûte, j'ai inversé deux pas.
Bref, au bout de 10 minutes, ceux de mes neurones qui n'étaient pas en grève sur le tas se barraient en criant '' tu peux pas apprendre à jouer du triangle comme tout le monde''.
 Ils ont sans doute raison.
  Autre problème : la place. On m'a dit ''il faut attaquer les pas''. Ca, pour attaquer, j'ai attaqué...
Le genou droit dans la  porte, les orteils coincés dans le radiateur (ce n'est plus de la country, c'est Stéphane Plaza). Une Vine à droite ? Ici vous avez la chambre d'amis. Un Triple step, voici le bureau.
Un Rock step, nous voilà dans la salle de bain. Ah, PG à G, ce sont les toilettes.
Et puis, comme la cheminée carbure à plein régime, ya un autre problème : la chaleur...
Au bout de 10 minutes, on tombe le pull. Encore 10 minutes, c'est le tee-shirt. Et on finit en soutif (enfin juste les bretelles). Et si on insiste, on finit en purée Mousseline, en paillettes, et il faut nous arroser pour nous reconstituer...
  Du coup, j'ai déménagé à l'autre bout du salon.
Bon, là je dois juste éviter la fracture du tibia contre la table de salon, voire la fracture de la table elle-même, veiller à ne pas bousculer la télé, ne pas percuter le poteau et m'abstenir de brouter les feuilles du caoutchouc.
Excepté ces menus inconvénients, c'est vrai, j'ai moins chaud...
  Et puis je dois veiller à fermer les stores ; mes voisins sont curieux mais ils n'ont pas le son. Alors une nana qui sautille toute seule dans son salon, un pas à droite, un pas à gauche, et que j'avance, et que je recule, et demi-tour, et vlan, un coup de pied dans la table basse, qui fonce vers la télé et pour finir, que je te saute au cou de la plante verte... D'ici à ce qu'ils portent plainte pour pratique illégale de la danse de la pluie...
  Bref, la country est une activité qui nécessite beaucoup de neurones, des genoux capables de se croiser les bras, une bonne connaissance du langage codé, un excellent sens de l'orientation... et j’en oublie. 
  Finalement, mes neurones, ils ont raison : je ferais mieux d'apprendre à jouer du triangle. Seulement voilà, la country c'est plein de gens tous plus adorables les uns que les autres. C'est pour ça qu'en fin de compte, je ne me suis pas inscrite aux cours de triangle...